Comment faire sécher le cannabis

Comment sécher le cannabis | Justbob

Publié le: 28/06/2024

Techniques et conseils pour un séchage de qualité de cette précieuse plante

Aujourd’hui, nous allons apprendre, sans prétendre à l’exhaustivité, un procédé très important pour préserver la qualité du cannabis. Nous le ferons uniquement dans un souci de connaissance et de sensibilisation.

Le séchage du cannabis est un processus fondamental pour préserver la qualité et la “puissance” de la plante. Dans les pays où l’usage du cannabis est légal et réglementé, l’attention portée aux techniques de séchage est particulièrement scrupuleuse. En effet, le processus ne préserve pas seulement la plante, mais aussi son impact final sur l’expérience de l’utilisateur.

Un bon séchage garantit que les produits qui en résultent, tels que l’huile de CBD et autres, sont, toutes choses égales par ailleurs, de meilleure qualité. En effet, le cannabis, lorsqu’il est correctement séché, conserve ses terpènes, ses cannabinoïdes et d’autres propriétés qui déterminent son profil gustatif et ses effets.

Avant de faire la lumière sur le processus, gardons toujours à l’esprit que s’informer ne signifie pas devenir un consommateur de cannabis et qu’il est toujours bon de connaître la législation en vigueur dans notre pays et ce qui est considéré comme légal ou contraire à la loi.

plante verte de cannabis | just bob

L’importance du processus de séchage du cannabis

Le processus de séchage du cannabis est un moment d’une importance vitale pour la préservation de la qualité de la plante. Il est essentiel de viser une conservation capable de garder intactes toutes les propriétés du cannabis, ce qui se reflète dans l’efficacité des effets. La méthode de séchage et les conditions environnementales sont donc très importantes pour garantir la qualité du produit final.

L’un des principaux avantages d’un bon processus de séchage est la préservation des terpènes et des cannabinoïdes. Rappelons qu’il s’agit de substances chimiques naturelles qui confèrent au cannabis son arôme caractéristique et ses propriétés thérapeutiques.

Les terpènes, par exemple, contribuent à la création de différents profils aromatiques et influencent également les effets psychoactifs (pour le tétrahydrocannabinol) et thérapeutiques de la plante. Les cannabinoïdes, tels que le THC et le CBD, sont responsables de différents effets sur la santé et le bien-être. Un séchage adéquat permet de préserver ces substances précieuses.

Comment fonctionne le processus de séchage ?

Comme nous le savons tous, le séchage consiste à éliminer l’eau d’un matériau ou d’une substance. Le processus de déshydratation a lieu, en particulier, sur les sommets de la plante. Lors du séchage, l’objectif est d’éliminer, en moyenne, environ 75% de l’H2O présent dans les inflorescences de cannabis.

Attention : le séchage doit se faire dans le calme et de manière régulière. Si les bourgeons sont déshydratés trop rapidement, ils peuvent retenir des substances qui rendent le produit final moins agréable. Il s’agit notamment d’amidon, de nitrates, voire de chlorophylle et d’autres pigments qui peuvent altérer l’arôme.

En revanche, si la plante de cannabis est séchée trop lentement, le résultat sera un produit dépourvu d’arômes, de senteurs et de saveurs distinctives.

Le séchage doit être effectué de manière équilibrée et au bon moment. Cela peut même améliorer l’arôme du produit final, car cela permet de dégrader les pigments de manière appropriée.

En résumé, le temps est un facteur important, mais est-ce “seulement” suffisant ? Absolument pas !

Lire aussi: Les utilisations du chanvre dans diverses industrie

Les étapes du séchage

La première chose à faire est de trouver le meilleur endroit pour commencer le processus. Tout d’abord, il est important de trouver un environnement protégé de la lumière du soleil. La lumière du soleil est l’une des causes de la dégradation des cannabinoïdes. Une exposition prolongée peut entraîner une perte réelle des avantages et des propriétés du cannabis.

Une fois cette étape franchie, il faut préparer soigneusement les plantes en les suspendant et en orientant les sommets vers le bas. Il est conseillé de les placer loin les unes des autres de manière à ce qu’il y ait suffisamment d’espace pour permettre une bonne circulation de l’air, un autre aspect qu’il ne faut pas négliger. Celle-ci assure en effet un séchage régulier et progressif, tout en évitant la formation de moisissures, souvent dues à une mauvaise disposition des plantes.

Toujours dans le but de garantir un processus de séchage adéquat, il convient de prêter une attention particulière à la température à laquelle les fanes sont exposées. Pendant les premiers jours du traitement, il est conseillé de maintenir une température d’environ 20°C. Par la suite, et sur une période d’environ deux semaines, cette température peut être progressivement réduite à 17-18°C.

Comment peut-on savoir que le cannabis a séché ?

Pendant le lent processus de séchage des bourgeons de cannabis, il est important que l’humidité de l’environnement soit maintenue constante, de préférence autour de 50 %. Cela permet à l’eau de s’évaporer, mais de manière progressive, sans grandes variations.

Il est bon, et il semble presque superflu de l’écrire, qu’il y ait un hygromètre et un ventilateur dans la pièce. Le premier nous permettra de contrôler en permanence l’humidité de la pièce et le second, accompagné d’un déshumidificateur, nous permettra de contrôler les différents pourcentages d’eau qui peuvent se produire.

La précision du processus de séchage doit être constante et ponctuelle, rappelons-le.

Comment les producteurs se rendent-ils compte que le processus est terminé ? Ils examinent attentivement les rameaux de la plante et, tout simplement, s’ils essaient de les casser et qu’ils émettent un “craquement”, cela signifie que les bourgeons sont prêts. Dans le cas contraire, si elles se plient encore et surtout ne craquent pas, il est probable qu’elles aient encore besoin d’un peu de temps pour sécher.

cultivateur de cannabis | just bob

Curiosité

Il est intéressant de noter que le cannabis fraîchement coupé dégage des odeurs assez fortes, surtout au début du séchage. C’est pourquoi de nombreux cultivateurs optent pour un endroit isolé pour terminer le processus, parfois même à l’intérieur d’une “boîte de culture”.

Cependant, il faut tenir compte du fait que les plantes à sécher doivent être conservées dans l’obscurité. Par conséquent, si le séchage est effectué dans la boîte de culture, celle-ci ne peut pas être utilisée pour faire pousser d’autres plantes pendant le processus.

Restez à l’écoute de Just bob et découvrez toutes les curiosités du monde du cannabis.

Lire aussi: Le CBD fait-il vraiment perdre du poids ou s’agit-il d’une supercherie ?

Est-il possible d’accélérer le processus ?

On entend souvent dire que pour accélérer le processus de séchage, il est utile d’utiliser des ventilateurs à air chaud ou d’autres outils similaires pour faire évaporer l’eau plus rapidement. Il est important de savoir que ces techniques peuvent endommager les plantes et compromettre la qualité du produit final. Les cultivateurs expérimentés les évitent totalement, précisément pour préserver les caractéristiques précieuses des bourgeons.

Pourquoi ?

Parmi les substances qui s’évaporent, outre l’eau, figure la chlorophylle. Celle-ci a besoin de beaucoup de temps pour être éliminée de la plante. Si nous accélérons le processus de séchage, il se peut que la chlorophylle ne s’évapore pas complètement et reste dans les bourgeons de la plante. Cela se reflète dans l’arôme du produit final qui restera plutôt piquant et amer en raison de la forte teneur en magnésium. En résumé, la précipitation dans le processus de séchage doit être réduite au minimum.

En général, le processus de séchage dure de 7 à 14 jours. Lorsque la récolte est prête, une nouvelle phase commence : le tannage.

La phase de tannage

Ce processus délicat a deux objectifs fondamentaux :

  • le premier est de favoriser le métabolisme de la chlorophylle par les micro-organismes. Comme nous l’avons déjà mentionné, la chlorophylle contient du magnésium qui, en excès, rend le produit amer. Pendant le tannage, les bactéries sont autorisées à effectuer cette tâche métabolique, ce qui améliore considérablement la qualité du produit final ;
  • le second est de contribuer à maintenir une humidité optimale pour le stockage à long terme des fanes. Si elles sont trop humides, des moisissures peuvent se former ; à l’inverse, si elles sont trop sèches, elles deviennent cassantes, se désagrègent facilement et perdent leur saveur et leur arôme caractéristiques.

Comment fonctionne cette nouvelle phase ?

Les bourgeons séchés sont conservés dans des conteneurs hermétiques, remplis aux deux tiers de leur capacité. Il est important d’éviter de trop comprimer le matériel végétal. Ils sont ensuite placés à l’abri de la lumière. Deux précautions simples mais très importantes.

De cette manière, d’une part, les micro-organismes présents pourront remplir leur fonction, c’est-à-dire effectuer les processus biochimiques nécessaires au maintien de la bonne qualité du produit, et d’autre part, la lumière du soleil n’agira pas sur les bourgeons et les cannabinoïdes qu’ils contiennent seront ainsi sauvegardés.

Savez-vous ce qui se passerait si, par ailleurs, les conteneurs étaient trop remplis ou si les inflorescences étaient comprimées ? Dans une vaine tentative d’accélérer le processus, on créerait un environnement humide, propice à la formation de moisissures nocives !

En outre, pendant le processus de maturation, pour assurer un séchage optimal, les conteneurs doivent être ouverts plusieurs fois par jour au cours des 15 à 20 premiers jours, afin de permettre l’échange d’air et l’entrée d’oxygène. Pendant cette période, il est important de vérifier soigneusement que les couvercles ne présentent pas de signes de moisissure.

On peut dire qu’après environ 3 semaines, la période critique est terminée et que les contrôles peuvent être réduits à tous les 2-3 jours jusqu’à ce que le processus de séchage soit terminé.

Conclusions

En conclusion, le séchage du cannabis est un processus d’une importance vitale pour la préservation de la qualité, de l’efficacité et des caractéristiques organoleptiques de la plante jusqu’au produit final. Il est non seulement essentiel pour la préservation des propriétés thérapeutiques et aromatiques, mais il influence aussi directement l’expérience de l’utilisateur final.

Un séchage adéquat, accompagné d’une maturation appropriée, préserve les terpènes et les cannabinoïdes, les composants clés qui confèrent au cannabis son arôme unique et ses bienfaits pour la santé. Ce processus nécessite du temps et une attention particulière aux détails, mais les résultats sont évidents dans la qualité du produit final.

Il est également important de souligner que le séchage du cannabis ne doit pas être accéléré par l’utilisation de ventilateurs à air chaud ou d’autres outils similaires, car cela pourrait compromettre la qualité et l’arôme du cannabis lui-même.

Enfin, pendant le processus de séchage et de durcissement, il est essentiel de maintenir un environnement contrôlé, en évitant une humidité excessive qui pourrait favoriser la formation de moisissures. Avec les soins et l’attention nécessaires, il est possible d’obtenir des bourgeons de cannabis de haute qualité qui offrent une expérience satisfaisante et des bénéfices thérapeutiques durables.

Maintenant que vous avez lu tout l’article, essayez les bienfaits des tisanes de marijuana.

Takeaways

  • Le séchage du cannabis est un processus crucial pour maintenir sa qualité, sa puissance et ses propriétés organoleptiques.
  • Il est essentiel de sécher le cannabis dans des conditions contrôlées, en évitant la lumière directe du soleil pour prévenir la dégradation des cannabinoïdes.
  • Un bon séchage permet de conserver les terpènes et les cannabinoïdes, qui contribuent à l’arôme et aux effets thérapeutiques de la plante.
  • Le processus de séchage doit être effectué avec soin et patience pour éviter la dégradation de l’arôme et des propriétés de la plante.
  • Accélérer le processus de séchage peut compromettre la qualité du cannabis en retenant des substances indésirables et en altérant son arôme.

FAQ


Quelle est l’importance du processus de séchage du cannabis ?

Le processus de séchage du cannabis est crucial pour préserver la qualité de la plante et ses propriétés thérapeutiques. Il permet de conserver les terpènes et les cannabinoïdes, qui sont responsables de l’arôme et des effets du cannabis.

Comment fonctionne le processus de séchage du cannabis ?

Le processus de séchage du cannabis consiste à éliminer l’eau des inflorescences de la plante. Il doit être effectué de manière régulière pour éviter une dégradation de la qualité. Un bon séchage permet de préserver les arômes et les saveurs distinctives du cannabis.

Est-il possible d’accélérer le processus de séchage du cannabis ?

Il est déconseillé d’accélérer le processus de séchage du cannabis en utilisant des ventilateurs à air chaud ou d’autres outils similaires. Ces techniques peuvent compromettre la qualité du produit final en affectant les arômes et les propriétés du cannabis.