CBD thérapeutique : quelles sont ses propriétés ?

cbd thérapeutique | Justbob

Changé le: 16/10/2023

CBD thérapeutique : l’avis des experts

Les maladies neurodégénératives telles que l’autisme, le glaucome et la maladie d’Alzheimer représentent un défi complexe, tant pour les patients que pour leurs soignants. Au fil des ans, la recherche a cherché de nouveaux moyens d’atténuer les symptômes et d’améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de ces afflictions.

Parmi les nouvelles perspectives, les thérapies à base de cannabinoïdes ont attiré une attention considérable.

Cet article se concentre sur l’effet du cannabis médical dans la réduction de l’anxiété, l’amélioration de l’apprentissage et de l’agilité mentale, et la lutte contre l’agression et l’agitation, typiques de ces conditions. Le principe actif cannabidiol (CBD) a été particulièrement étudié pour ses effets antipsychotiques, qui pourraient constituer une alternative prometteuse aux traitements traditionnels.

Cependant, l’expérience clinique montre que les résultats varient d’un individu à l’autre, ce qui nécessite une approche personnalisée et une attention constante. Nous dévoilons le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes dans divers troubles neurologiques, dans l’espoir de contribuer à un avenir plus confortable pour ceux qui luttent contre ces maladies.

cbd thérapeutique | Justbob

Maladies neurologiques et neuro-dégénératives

Ce groupe comprend les maladies qui touchent notre système nerveux, affectant son bon développement dès la naissance ou altérant les fonctions cognitives à un âge avancé. La thérapie cannabinoïde peut intervenir en ralentissant la progression de la maladie, en améliorant l’état cognitif, la motricité et l’équilibre, et en contrôlant la douleur et l’inflammation lorsqu’elles sont présentes dans le tableau clinique.

TDAH

Les principaux symptômes du TDAH sont :

  • le déficit d’attention ;
  • l’impulsivité – tant au niveau de la parole que du comportement ;
  • l’hyperactivité motrice.

Les enfants atteints sont extrêmement agités ou excessivement vifs, distraits et incapables de rester assis sur l’ordre d’un adulte.

Un enfant atteint de TDAH peut parler sans arrêt, en chevauchant son interlocuteur sans attendre que celui-ci ait terminé sa demande. Facilement provoqués et impliqués par les stimuli du monde extérieur, les enfants qui présentent les symptômes du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité peuvent également éprouver des difficultés d’apprentissage, liées à la dysgraphie ou à la dyslexie, et, dans certains cas, faire état de comorbidités anxieuses et dépressives, ainsi que de troubles du sommeil.

Chez l’adulte, le TDAH évolue en augmentant ou en diminuant d’intensité en fonction de multiples facteurs. Ceux qui, une fois la phase de croissance terminée, sont encore confrontés aux symptômes du syndrome peuvent éprouver des problèmes majeurs dans les relations interpersonnelles, ainsi qu’une faible tolérance au stress et une impulsivité marquée. Dans les cas les plus graves, ces comportements peuvent conduire à l’abus d’alcool ou de drogues.

Le CBD (Cannabidiol) est principalement utilisé dans ce type de trouble. Ce principe actif a été étudié pour ses effets antipsychotiques particulièrement prononcés et associés à peu d’effets secondaires, même à fortes doses. L’utilisation du THC, en revanche, mérite une plus grande attention et doit être évaluée au cas par cas, car ses effets psychotropes peuvent influencer négativement le tableau symptomatique.

Autisme

L’utilisation du cannabis médical diminue généralement l’anxiété et l’agitation, laisse les patients plus alertes qu’avec d’autres médicaments, et les parents nous font parfois part d’une plus grande réactivité à l’apprentissage et d’une plus grande curiosité. Les effets, comme pour tout traitement, sont individuels et le dosage efficace doit être trouvé au fil du temps.

Parallèlement, la mise en place d’un programme nutritionnel ciblé est une aide très importante pour améliorer le tableau clinique et augmenter l’efficacité du traitement, qui peut être mis en place en même temps que d’autres thérapies avec des effets secondaires rarement observés.

Traitement du glaucome par le cannabis

Récemment, l’intérêt pour l’utilisation du cannabis en tant que traitement pour réduire la pression intraoculaire dans le glaucome s’est considérablement accru.

Le mécanisme d’action du cannabis dans le glaucome est principalement basé sur l’interaction entre les cannabinoïdes et les récepteurs cannabinoïdes de type 1 (CB1) présents dans le trabéculum, qui, comme mentionné ci-dessus, est une structure impliquée dans la régulation de l’écoulement de l’humeur aqueuse de l’œil. L’activation des récepteurs CB1 entraîne une réduction de la résistance de la MT, ce qui augmente l’écoulement de l’humeur aqueuse et, par conséquent, diminue la PIO.

Lire aussi : Puis-je utiliser le CBD pour mon chien stressé ?

Le cannabis et la maladie d’Alzheimer

Les troubles cognitifs caractéristiques de la maladie ne peuvent être guéris, mais il existe des traitements qui tentent d’en ralentir la progression.

La maladie d’Alzheimer, comme toutes les maladies dégénératives, est une affection très complexe, tant pour le patient que pour les aidants familiaux. Dans les stades les plus avancés, le patient peut être très difficile à gérer, surtout s’il adopte des attitudes agressives et une agitation psychomotrice.

L’inclusion du cannabis médical dans ce contexte vise à contenir l’agitation et à améliorer le sommeil, à stimuler l’appétit et à améliorer l’équilibre. L’expérience clinique est souvent positive avec des patients traités au cannabis THC-CBD dans un rapport 1:1, car il est généralement bien toléré par les personnes âgées. Les résultats sont individuels et dépendent de l’état clinique au début du traitement et de la réponse de l’individu. Un traitement nutritionnel adéquat peut donner des résultats très satisfaisants, en particulier aux premiers stades de la maladie : les patients sont plus faciles à gérer, moins agités et répondent parfois mieux aux traitements pharmacologiques, y compris les cannabinoïdes.

Épilepsie

Le traitement consiste à prendre des médicaments antiépileptiques, souvent accompagnés d’un régime alimentaire spécifique. Dans les rares cas où les médicaments sont inefficaces, l’alternative de la chirurgie est envisagée. En ce qui concerne l’utilisation du cannabis médical dans le traitement de l’épilepsie, le rôle du CBD dans la réduction de la fréquence et de l’intensité des crises comitiales est bien connu.

Un médicament à base de cannabidiol – Epidyolex – a récemment été approuvé pour prescription uniquement par des médecins appartenant à des centres hospitaliers ou des spécialistes en neurologie, neuropsychiatrie infantile et pédiatrie, et est autorisé par le NHS pour le traitement du syndrome de Lennox-Gastault et du syndrome de Dravet.

Le CBD peut être utilisé sous forme d’huile ou de gélules : il n’a pas d’effets psychotropes et ne présente généralement pas d’effets secondaires, même à fortes doses. Les résultats diffèrent d’un individu à l’autre, mais l’expérience clinique a montré une amélioration par rapport à l’état initial dans la plupart des cas. Cette solution est souvent proposée lorsque les traitements médicamenteux classiques sont inefficaces ou lorsque des effets secondaires importants tels que la toxicité hépatique apparaissent.

Le dosage efficace doit être recherché progressivement avec la coopération du patient.

cbd thérapeutique | Justbob

Anxiété et dépression

Bien que cliniquement différentes, l’anxiété et la dépression peuvent avoir certains points communs : elles peuvent toutes deux toucher des hommes et des femmes de tout âge, simultanément ou indépendamment, et affecter l’équilibre psychophysique de l’individu concerné. L’anxiété, en elle-même, est avant tout un système de défense de l’organisme.

Pour ce type de troubles, le cannabis médical peut être indiqué. Les patients peuvent bénéficier de préparations à base de THC, qui agissent sur la tension émotionnelle et l’agitation, en usage constant ou occasionnel (lorsqu’un événement anxiogène est attendu). Même dans les formes de dépression, l’effet “activateur” du THC, qui agit en même temps sur l’anxiété, peut être très bénéfique.

Traitement des troubles mentaux par les cannabinoïdes

Les troubles du psychisme englobent un grand nombre de pathologies pour lesquelles il est possible d’entreprendre un traitement aux cannabinoïdes, en contextualisant pour chaque patient la nature du trouble et en intégrant, si souhaité, le parcours thérapeutique avec l’expertise des membres de l’équipe spécialisée (psychothérapeute, conseiller, nutritionniste).

Agoraphobie Comment le cannabis médical peut aider

Outre les techniques de relaxation et de méditation, la psychothérapie cognitivo-comportementale axée sur le dépassement progressif de la peur est très efficace. Ces thérapies ont donné des résultats positifs, surtout si elles sont axées sur l’exposition et la désensibilisation, en combinaison avec des techniques cognitives et comportementales utiles pour rompre la routine phobique. Dans certains cas, ces procédures sont accompagnées d’un traitement pharmacologique, indiqué pour réduire la dépression et les états obsessionnels. Dans ce dernier cas, le cannabis médical est un excellent allié.

Les patients peuvent notamment bénéficier des préparations à base de CBD, dont l’effet antipsychotique important est connu, ainsi que du THC, qui agit sur la tension émotionnelle et l’agitation.

Ce dernier peut, par exemple, être pris par inhalation de manière temporaire, c’est-à-dire lorsqu’un événement générateur d’anxiété peut être anticipé. Les taux et les modalités de prise sont évalués en fonction de la gravité du tableau clinique, des besoins et de l’âge du patient et de la concomitance d’autres thérapies. Un cours avec un conseiller expérimenté peut également être suggéré, afin d’agir sur la gestion de la condition dans la vie quotidienne.

Troubles du comportement alimentaire

Dans les troubles du comportement alimentaire, une série de problèmes psychologiques convergent, liés à la relation de l’individu avec la nourriture. Dans la sphère psychothérapeutique, on parle plus volontiers de troubles des conduites alimentaires (DAC) ou de troubles psychogènes des conduites alimentaires (DAP) qui, à leur tour, convergent vers les troubles nutritionnels et alimentaires.Le traitement des troubles alimentaires nécessite des parcours spécifiques en fonction du type de problème, avec une approche multidisciplinaire qui inclut la psychologie, la psychiatrie, la gastro-entérologie et l’endocrinologie.

Les troubles de l’alimentation représentent des situations cliniques particulières qui doivent être abordées dans le cadre d’une approche multidisciplinaire, avec le soutien d’un nutritionniste expert et d’un conseiller qui suivent le patient de manière complémentaire. La thérapie par les cannabinoïdes peut être un soutien important pour la gestion de la composante émotionnelle et psychologique et pour les effets directs sur l’appétit et l’intestin.

La thérapie la plus appropriée doit être convenue avec le sujet, soit par l’utilisation concomitante de THC et de CBD, soit par l’utilisation d’un seul des deux ingrédients actifs, en fonction de l’évaluation initiale et de la réponse individuelle au traitement.

Le cannabis médical, un allié contre l’insomnie

Le manque de sommeil prolongé affecte négativement le bien-être physique et mental d’une personne. Dans les cas les plus graves, et toujours sur indication médicale, ce trouble particulier est traité pharmacologiquement ou avec le soutien d’une psychothérapie. Dans ce cas, on parle plutôt d’un cours d’hygiène du sommeil.

Des techniques de relaxation, un mode de vie régulier qui favorise les cycles physiologiques de veille et de sommeil, de l’exercice, des repas réguliers et équilibrés, un environnement sombre : tout cela contribue à vaincre le trouble. Récemment, l’importance d’éteindre les appareils électroniques et d’éviter les substances à effet excitant est également apparue, au profit d’un temps de méditation et de relaxation avant le coucher.

On sous-estime trop souvent les bienfaits d’une bonne nuit de sommeil. Tout notre corps est régi par des horloges réglées sur des rythmes circadiens : l’hypothalamus est l’horloge principale, mais chaque appareil possède sa propre horloge interne qui suit son propre rythme. Toutes ces horloges doivent être synchronisées pour que le corps soit en harmonie et se sente bien. Cela commence par un sommeil réparateur.

Pour mettre en place une thérapie correcte, il est essentiel de comprendre le mécanisme sous-jacent de l’insomnie : raisons de santé (apnée du sommeil, reflux, anxiété, douleur) ou habitudes (travail posté, naissance d’un enfant, voyages fréquents) et leur caractère transitoire ou enraciné dans la vie du patient.

Tout en travaillant sur la cause des troubles, qui doit absolument être identifiée et traitée, la thérapie au cannabis médical offre un soutien dans l’amélioration de la qualité du sommeil, presque indépendamment de la cause sous-jacente. En effet, l’amélioration de la qualité du sommeil est l’un des effets les plus fréquemment rapportés par les patients : certains parce qu’ils se sentent plus détendus, d’autres parce qu’ils signalent un soulagement de la douleur.

Plus rarement, l’effet inverse peut se produire : si l’on est particulièrement sensible au THC, même une prise thérapeutique peut entraîner une sensation d’euphorie ou une accélération du rythme cardiaque. Ces effets disparaissent généralement avec le temps ou en trouvant un équilibre THC:CBD approprié. Il s’agit toutefois d’une réaction très individuelle. Les conseils nutritionnels ne peuvent être ignorés, quelle que soit l’étiologie de l’insomnie, tandis que les conseils psychologiques peuvent être adaptés à certaines situations.

Lire aussi : Comment le CBD affecte-t-il le sommeil ?

Conclusion

En conclusion, la thérapie cannabinoïde offre un potentiel prometteur pour le traitement de diverses maladies neurologiques et neurodégénératives. L’utilisation du cannabis médical a démontré des avantages significatifs dans le ralentissement de la progression de ces maladies, l’amélioration de l’état cognitif, de la motricité et de l’équilibre, ainsi que dans la gestion de la douleur et de l’inflammation associées aux troubles neurologiques.

Dans le cas du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), le CBD s’est avéré être un principe actif prometteur pour ses effets antipsychotiques, bien tolérés même à des doses élevées. Cependant, l’utilisation de THC nécessite une approche plus prudente en raison de ses effets psychotropes.

Dans l’autisme, le cannabis médical a montré une réduction de l’anxiété et de l’agitation, ainsi qu’une amélioration de l’apprentissage et de la curiosité chez certains patients, tout en étant individuel et nécessitant un dosage adapté.

Pour le traitement du glaucome, le cannabis peut être une alternative intéressante en réduisant la pression intraoculaire grâce à son interaction avec les récepteurs cannabinoïdes.

Dans le contexte de la maladie d’Alzheimer, le cannabis médical peut aider à contenir l’agitation, améliorer le sommeil, stimuler l’appétit et renforcer l’équilibre, en offrant un soulagement à certains patients.

Dans l’épilepsie, le CBD a été largement étudié pour sa capacité à réduire la fréquence et l’intensité des crises, avec des résultats prometteurs et bien tolérés.

Les troubles mentaux, y compris l’anxiété et la dépression, peuvent bénéficier des propriétés antipsychotiques du THC et du CBD, avec des effets positifs sur la tension émotionnelle et l’agitation.

Les troubles du comportement alimentaire, traités avec une approche multidisciplinaire, peuvent bénéficier du soutien des cannabinoïdes pour gérer la composante émotionnelle et l’appétit.

Enfin, l’insomnie, qu’elle soit due à des raisons de santé ou à des habitudes de vie, peut être améliorée par une thérapie au cannabis médical, qui peut contribuer à une meilleure qualité du sommeil et à un soulagement de la douleur.

Il est important de noter que chaque cas est unique, et la prise de cannabis médical doit être soigneusement évaluée et adaptée au patient, en coopération avec des professionnels de la santé. Les résultats et les effets varient d’une personne à l’autre, et une approche individualisée est essentielle pour optimiser les bienfaits potentiels de cette thérapie. En outre, il est essentiel de poursuivre la recherche dans ce domaine pour mieux comprendre les mécanismes d’action des cannabinoïdes et leur utilisation optimale dans le traitement des maladies neurologiques et neurodégénératives.


💡Takeaways sur le CBD thérapeutique

  • La thérapie cannabinoïde offre des perspectives prometteuses dans le traitement des maladies neurologiques et neuro-dégénératives. Elle peut ralentir la progression de la maladie, améliorer l’état cognitif, la motricité, l’équilibre, et contrôler la douleur et l’inflammation associées à ces affections.
  • Le CBD (Cannabidiol) est utilisé principalement pour traiter ce trouble en raison de ses effets antipsychotiques prononcés et de ses faibles effets secondaires.
  • Le cannabis médical peut être utilisé pour réduire l’anxiété et l’agitation chez les personnes atteintes d’autisme, ce qui peut améliorer leur réactivité à l’apprentissage et leur curiosité.
  • Le cannabis peut être utilisé comme traitement pour réduire la pression intraoculaire dans le glaucome en activant les récepteurs cannabinoïdes de type 1 (CB1) présents dans le trabéculum de l’œil, ce qui diminue la PIO.
  • Le cannabis médical peut être utilisé pour contenir l’agitation, améliorer le sommeil, stimuler l’appétit et améliorer l’équilibre chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.
  • Le CBD a été largement étudié pour ses effets bénéfiques dans la réduction de la fréquence et de l’intensité des crises épileptiques.
  • Le médicament Epidyolex à base de cannabidiol a été approuvé pour le traitement du syndrome de Lennox-Gastault et du syndrome de Dravet.
  • Le cannabis médical, en particulier les préparations à base de THC, peut être indiqué pour traiter l’anxiété, la dépression et certains troubles mentaux. L’effet “activateur” du THC peut être bénéfique dans certaines formes de dépression.
  • Outre les thérapies cognitivo-comportementales, le cannabis médical peut être utilisé pour réduire la tension émotionnelle et l’agitation chez les patients atteints d’agoraphobie.
  • La thérapie par les cannabinoïdes peut être un soutien important pour la gestion de la composante émotionnelle et psychologique des troubles alimentaires.
  • Le cannabis médical peut être une option pour améliorer la qualité du sommeil chez les personnes souffrant d’insomnie, en réduisant la tension émotionnelle et en soulageant la douleur.

FAQ sur le CBD thérapeutique

Quels sont les effets de la thérapie cannabinoïde sur les maladies neurologiques et neuro-dégénératives ?

La thérapie cannabinoïde offre des perspectives prometteuses dans le traitement des maladies neurologiques et neurodégénératives. Elle peut ralentir la progression de la maladie, améliorer l’état cognitif, les capacités motrices et l’équilibre, et contrôler la douleur et l’inflammation associées à ces afflictions.

Pourquoi le CBD est-il principalement utilisé dans le traitement de ces maladies ?

Le CBD (Cannabidiol) est principalement utilisé pour traiter ces troubles en raison de ses effets antipsychotiques prononcés et de ses effets secondaires réduits.

Comment le cannabis médical peut-il aider les personnes atteintes d’autisme ?

Réponse 3 : Le cannabis médical peut être utilisé pour réduire l’anxiété et l’agitation chez les personnes autistes, améliorant ainsi leur réactivité à l’apprentissage et leur curiosité.