Le cannabis au Mexique : la Cour Suprême pousse au « oui ».

La marijuana sera bientôt légale au Mexique

Décision historique de la cour suprême : la marijuana deviendra légale au mexique, et non un stupéfiant !

Par un vote majoritaire, la Cour suprême du Mexique a approuvé la légalisation de l’usage récréatif de la marijuana pour les adultes. « C’est un jour historique pour le triomphe de la liberté », a déclaré le président de la plus haute cour du Mexique, Arturo Zaldívar.

Comme pour l’alcool, des réglementations seront nécessaires pour interdire sa consommation en public, devant des mineurs ou des tiers qui se sentent offensés par une telle utilisation.

Le Mexique des narcos sera ainsi le deuxième pays d’Amérique latine, après l’Uruguay, à libéraliser le cannabis, qui, espérons-le, ne sera plus entre les mains des cartels.

Lire aussi : D’où vient le cannabis ? Quel est son point d’origine selon l’histoire ?

Origine des cartels mexicains

Le Mexique, producteur de stupéfiants et pays de transit, est le principal fournisseur de cannabis et l’un des principaux fournisseurs de méthamphétamine aux États-Unis ; près de la moitié des revenus des cartels proviennent de la marijuana.

La naissance des cartels de la drogue remonte à un ancien agent fédéral mexicain des forces de l’ordre, Miguel Ángel Félix Gallardo, qui contrôlait l’ensemble du commerce illégal de la drogue au Mexique et dans les couloirs frontaliers entre le Mexique et les États-Unis dans les années 1980.

La naissance des cartels de la drogue au Mexique remonte à un policier mexicain, nommé Gallardo.

Gallardo a commencé à faire de la contrebande de marijuana et d’opium aux États-Unis et a été le premier Mexicain à entrer en liaison avec les cartels colombiens, devenant plus tard l’homme de référence du cartel de Medellín, dirigé par Pablo Escobar.

En 1987, Félix Gallardo a fondé le cartel de Guadalajara, qui a prospéré et, surtout, grâce à la protection des plus hauts niveaux de la politique et de l’appareil de sécurité nationale.

En particulier, le cartel était soutenu par la « Direction Federal de Seguridad », l’ancien renseignement mexicain. Même la CIA considérait Gallardo comme un collaborateur pour le soutien logistique et financier apporté aux Contras au Nicaragua (groupes armés contre-révolutionnaires créés pour combattre le gouvernement sandiniste et soutenus par les États-Unis).

La naissance des cartels

Gallardo a procédé à une sorte de privatisation du trafic de drogue au Mexique, le confiant à d’autres organisations mineures dont les dirigeants étaient beaucoup moins connus et, par conséquent, moins soumis aux mesures d’application de la DEA.

El Padrino (comme on appelait Gallardo) a convoqué les principaux narcos mexicains à Acapulco et, avec eux, a désigné les nouvelles places et les nouvelles routes du trafic de drogue vers les États-Unis :

  • Cartel de Tijuana — la route de Tijuana irait aux frères Arellano Felix, petits-fils du « parrain » ;
  • Cartel de Juárez — la route de Ciudad Juárez serait allée à la famille Carrillo Fuentes;
  • Cartel de Sonora — le corridor de Sonora a été attribué à Miguel Caro Quintero Félix Gallardo, qui continuerait à superviser les opérations au niveau national, grâce à ses relations importantes, mais n’aurait plus de contrôle précis sur l’ensemble de l’entreprise. Il a ensuite été arrêté le 8 avril 1989.

D’autres arrestations, la cupidité et un désir implacable de pouvoir ont conduit à de nombreux conflits entre les cartels, qui sont devenus indépendants les uns des autres à la fin des années 1990.

Lire aussi : Cannabis anti-nausée : voici ce que dit une étude récente

Cannabis : la Cour suprême pousse le Parlement

Le 28 juin, la Cour suprême du Mexique a statué que l’interdiction de la consommation de cannabis à des fins récréatives violait le droit au libre développement de la personnalité.

La question avait déjà été abordée il y a des années par l’ONG México Unido Contra la Delinquencia (Mucd). Les membres du Mucd ont créé la « Société mexicaine pour une autoconsommation responsable et tolérante » (S.m.a.r.t) : une association dont l’objectif principal était de demander l’autorisation des autorités sanitaires afin que ses membres puissent produire et consommer du cannabis à des fins récréatives et à but non lucratif.

Fin juin, la décision est historique, après que la Cour suprême eut accordé au Congrès un temps limité pour mettre la législation sur les drogues en conformité avec la Constitution.

Qu’est-ce que la Declaratoria General de Inconstitucionalidad implique réellement ?

Les effets de la Declaratoria General de Inconstitucionalidad (DGI), l’ensemble des règles concernant la consommation personnelle de cannabis, approuvées par la Cour suprême du Mexique, ne seront pas particulièrement importants pour les consommateurs mexicains de marijuana.

Le seul effet naturel est que les autorités ne pourront plus refuser de permis. Néanmoins, la police reste la possibilité de détenir les personnes trouvées en possession de cannabis pendant le temps nécessaire pour vérifier la quantité possédée (si plus de cinq grammes, cela sera punissable en vertu du Code pénal).

Posséder plus de 5 grammes de marijuana est punissable.

La possession de plus de 5 grammes de marijuana est punissable.

La FD permettra de fumer et de cultiver du chanvre à la maison sans mineurs, mais l’acheter et le transporter dans la rue restera un problème potentiel. Par conséquent, la Cour suprême exhorte le Parlement à légiférer dès que possible pour assurer la sécurité des consommateurs.

Que va-t-il se passer ensuite ?

Il est indéniable que le marché du cannabis est convoité par beaucoup en raison du coût relativement faible de la terre et de la main-d’œuvre et pourrait potentiellement être le plus grand marché au monde.

De nombreuses entreprises sont, bien sûr, déjà sous les effets de cette « fièvre verte », et le géant Medical Marijuana Inc. a récemment ouvert une succursale au Mexique.

Tous, cependant, doivent attendre le verdict du Congrès mexicain, qui, dans les mois à venir. Ensuite, il doit décider de la direction à prendre et s’il faut mettre en œuvre le verdict de la Cour suprême, accordant ainsi une aide aux agriculteurs et enlevant des ressources aux narcos.

En attendant, vous pouvez consulter nos produits comme le haschisch CBD, la canabis légale et l’huile de CBD que nous vendons dans notre boutique en ligne JustBob. Nous vous y attendons.