Allergie au cannabis: symptômes, remèdes et prévention de ce trouble

Symptômes, remèdes et prévention de l'allergie au cannabis

Tout ce que vous devez savoir sur l’allergie à la marijuana et comment la gérer

Si vous vivez, il y a de fortes chances que vous n’ayez jamais eu l’occasion d’envisager une éventuelle allergie au cannabis.

On ne peut pas en dire autant de tous les travailleurs employés dans les installations de culture de la marijuana qui sont désormais considérées comme légales dans de nombreux États du monde.

Pour certaines personnes malchanceuses, l’exposition prolongée au pollen ou le contact avec cette plante a créé quelques problèmes. Plus précisément, dans plus d’un cas, une véritable allergie au cannabis a été diagnostiquée.

Mais, de quoi cela dépend-il? Et, quels sont les symptômes avec lesquels elle se manifeste?

Dans cet article, je parle de l’allergie à la marijuana, des symptômes les plus courants et des traitements disponibles pour en limiter les conséquences.

Lire aussi: Cannabis et limonène: les propriétés de ce terpène odorant

Quelles peuvent en être les causes?

Comme pour de nombreuses allergies, l’une des principales causes est le pollen des fleurs de marijuana. Une exposition excessive peut provoquer les symptômes classiques de l’allergie au pollen, tels que la rhinite, le rougissement des yeux et les difficultés respiratoires.

Fleurs de cannabis

Souvent, cependant, la réaction allergique au cannabis peut être la conséquence de réactions croisées avec d’autres facteurs non directement liés à la plante.

En particulier, il arrive potentiellement — et c’est déjà arrivé — que les bourgeons, mal conservés pendant le séchage, soient exposés à des moisissures et à d’autres agents pathogènes. Dans ce cas, les personnes allergiques aux moisissures ont des réactions allergiques évidentes associées à tort à la consommation de cannabis.

En outre, l’exposition à la fumée de marijuana ou son inhalation peuvent également entraîner l’apparition de symptômes de réaction allergique.

Mais comme vous le savez, le cannabis — dans les pays où il est autorisé par la loi — ne se consomme pas seulement sous la forme d’un joint. En effet, il est possible d’en ingérer et, plus rarement, de ressentir les symptômes associés aux intolérances alimentaires.

Comment s’apercevoir que l’on est allergique au cannabis?

Comme mentionné ci-dessus, les symptômes d’une allergie à la marijuana ne diffèrent pas des symptômes classiques des réactions allergiques génériques.

Il s’agit plus précisément de rhinite, d’asthme bronchique, de conjonctivite et, dans des cas moins fréquents, d’urticaire.

Une bonne façon d’émettre l’hypothèse d’une allergie au chanvre est de prêter attention au moment des réactions rencontrées. En d’autres termes, si dès que vous êtes en contact avec du cannabis, quel que soit le mode, vous remarquez l’apparition de réactions cutanées ou respiratoires. Il est fort probable que vous souffriez de cette allergie.
En règle générale, les symptômes apparaissent plus ou moins trente minutes après la prise de la substance.

Parmi les symptômes les plus courants, citons:

  • démangeaisons des yeux et de la gorge;
  • la rhinite;
  • démangeaisons de la peau, avec éventuellement gonflement ou rougeur;
  • éternuements fréquents et congestion nasale;
  • des yeux rougis et larmoyants;
  • des nausées ou des vomissements;
  • une toux sèche.

Ce sont les principaux symptômes rencontrés en cas d’allergie au pollen ou à la fumée de cannabis. Mais, il est possible, comme mentionné ci-dessus, de développer une hypersensibilité à la plante même si elle est ingérée.

Plus précisément, l’apparition de crampes abdominales douloureuses et fréquentes constitue un signal d’alarme à cet égard.

Dans la plupart des cas, les réactions sont transitoires et mineures.

Toutefois, il n’en va pas de même pour d’autres symptômes, bien plus inquiétants, qui indiquent une allergie très grave et dangereuse. Si, après avoir été en contact avec du cannabis, vous ressentez l’un des symptômes suivants, ne sous-estimez pas la situation.

Dans de rarissime cas, en effet, les réactions ressenties sont plus graves. Il s’agit notamment de:

  • dyspnée;
  • des palpitations;
  • urticaire;
  • des vertiges;
  • une réduction de la pression sanguine;
  • perte de conscience et évanouissement.

Ces symptômes, comme les précédents, ne sont pas à prendre à la légère. En fait, négliger la situation des symptômes d’une réaction allergique peut même conduire à l’apparition d’un choc anaphylactique.

Pourrait-on faire quelque chose pour limiter les dégâts? Dans le cas, par exemple, de personnes qui, pour des raisons professionnelles, ne évitent potentiellement le contact avec le cannabis, existe-t-il un remède pour garder l’allergie sous contrôle?

Lire aussi: Rastafarisme: principes et coutumes de cette religion trop souvent méconnue

Mais, que peut-on faire pour traiter l’allergie? Y a-t-il une thérapie? L’étude

En matière de recherche et de stratégie thérapeutique, le Dr Williams Silvers, un allergologue du Colorado, à contribuer importante à la recherche scientifique.

En raison de la légalisation complète du cannabis au Colorado, de plus en plus de cas d’allergies apparentes au cannabis ont lentement commencé à se produire.

Dans son éditorial de 2016, le Dr Silvers a examiné trois cas particuliers de patients présentant des symptômes attribuables à une allergie à la marijuana.

À travers son étude, l’allergologue nous donne un aperçu complet et approfondi de son expérience pratique suite à la légalisation.

Le patient numéro un, un consommateur régulier de cannabis, a commencé à présenter une légère congestion nasale qui s’est rapidement transformée en une toux chronique. L’aggravation de son état de santé a coïncidé avec le début d’un nouveau travail: il a été employé comme régleur dans une usine de culture. Une thérapie avec un inhalateur et un spray nasal a permis de réduire considérablement ses symptômes.

De même, le patient numéro deux a commencé à ressentir des symptômes d’allergie après avoir obtenu un emploi dans une installation de culture avec un dispensaire attenant. Dans ce cas, il est important de souligner que le patient n’avait jamais présenté de symptômes d’asthme ou d’allergies d’aucune sorte.

Femme travaillant avec du cannabis

La gêne initiale a rapidement évolué vers un diagnostic d’asthme et de rhume des foins, entraînant une inflammation des yeux et une suspicion de dermatite de contact à la marijuana.

Dans ce cas particulier, la thérapie recommandée consistait à minimiser l’exposition au cannabis et, avec le soutien de médicaments antihistaminiques, l’état du patient s’est considérablement amélioré.

Le troisième et dernier cas, cependant, consiste en une expérience différente et beaucoup plus grave. Le patient a présenté des symptômes d’une anaphylaxie présumée, ce qui l’a conduit aux urgences. Il y a déclaré avoir consommé une cire de cannabis contenant un taux très élevé de THC (plus de 60%). L’aspect curieux, cependant, concerne les tests d’allergie effectués à l’égard des dérivés du cannabis et de son pollen: tous négatifs.

L’hypothèse est que la réaction allergique a été causée par le solvant utilisé pour extraire le concentré de THC. Il n’y a, en effet, pas assez d’études scientifiques pour pouvoir évaluer la sécurité ou la non-contamination de certains produits, comme le BHO par exemple.

Les considérations finales du Dr Silvers suggèrent que, compte tenu de la faible fréquence des cas depuis la légalisation de la marijuana, le cannabis est un allergène mineur et que, de plus, une exposition importante est nécessaire pour provoquer des réactions allergiques respiratoires ou dermatologiques.

Ces considérations peuvent être rassurantes pour les amateurs de cannabis, notamment concernant l’existence d’une thérapie efficace pour réduire les symptômes. Mais malheureusement, pour les fumeurs fortement allergiques, la seule solution est de s’abstenir de tout contact avec la plante.

La situation est un peu plus compliquée pour ceux qui ne peuvent pas choisir de ne pas entrer en contact avec la marijuana, particulièrement pour des raisons professionnelles. Dans ce cas, il existe différents traitements pharmacologiques, mais ils ne servent qu’à atténuer l’ampleur des symptômes.

En conclusion, que savons-nous de l’allergie au cannabis?

Les informations sur cette allergie ne sont pas particulièrement abondantes, probablement en raison de l’interdiction imposée par la loi, qui restreint fortement l’accès à cette substance.

Les quelques recherches disponibles proviennent en fait principalement des États-Unis où, suite à la légalisation de la marijuana dans plusieurs États, il a été possible de commencer à examiner les conséquences d’un contact prolongé avec le pollen en particulier.

Selon l’étude examinée dans cet article, l’allergie au cannabis existe et peut être traitée comme toute autre allergie, en réduisant les symptômes principalement à l’aide de corticostéroïdes et d’antihistaminiques.

Un autre facteur à prendre en compte est de savoir si les bourgeons de cannabis ont été mal stockés pendant le processus de séchage et présentent donc des traces de moisissure et d’autres agents pathogènes.

Dans ce cas, il suffira de s’en remettre à l’expertise de professionnels, en premier lieu Justbob.fr, qui vous garantit des fleurs CBD et têtes de cannabis légal parfaitement séchées et stockées.