Tournant historique : l’ONU reconnaît les propriétés thérapeutiques du cannabis

Tournant historique: l'ONU reconnaît les propriétés thérapeutiques du cannabis.

Après des décennies d’attente, la principale organisation mondiale a pris une décision destinée à ouvrir de nouveaux scénarios pour le monde du cannabis et son usage thérapeutique.

Chez les partisans du cannabis CBD, la nouvelle était dans l’air depuis un certain temps et sa diffusion a mis fin à une attente de plus d’un demi-siècle, officialisant une décision destinée à entrer dans l’histoire, et qui pourrait constituer un tournant pour les destinées futures du chanvre légal.

De toute évidence, chez JustBob, alors que nous opérons dans le secteur de la vente de cannabis sans thc avec des produits allant de la marijuana de collection à l’huile de CBD, nous avons suivi cette histoire avec intérêt et souhaitons partager les dernières nouvelles avec les lecteurs de notre blog.

À la lumière de la décision prise par les Nations Unies concernant le chanvre, plusieurs changements d’opinion et de faits sur cette précieuse plante vont avoir lieu.

L'ONU reconnaît les propriétés thérapeutiques du cannabis: les nouvelles.

La décision de l’ONU sur le cannabis

L’utilité de la plante de chanvre dans le monde médical fait depuis longtemps l’objet de discussions, mais la date du 2 décembre 2020 marque certainement un tournant crucial en faveur de son utilisation.

En effet, ce jour-là, le vote sur certains points examinés à la demande de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a eu lieu à la Commission des stupéfiants des Nations Unies, notamment l’élimination du cannabis du tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants.

Nous parlons d’un document de 1961, qui établit quels médicaments sont considérés comme « particulièrement nocifs et de valeur thérapeutique nulle ou très faible ». Le cannabis a toujours été inclus dans ce type de liste noire au même titre que les drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne depuis l’année où ce document a été rédigé.

Au cours de toutes ces années, il n’y a jamais eu de changement aussi marqué dans la classification de la toxicité et de l’impact bénéfique d’une substance dans le tableau de classification des substances.

Le cannabis a non seulement été retiré du tableau IV, mais a aussi été reconnu par un bon nombre de scientifiques comme une substance utile à des fins thérapeutiques. Cela a été rendu possible grâce à la forte pression de l’OMS, qui fait du lobbying depuis au moins deux ans auprès des Nations Unies pour que ce traité vieux de près de 60 ans soit réévalué.

L’incertitude de certains États et la présence d’un débat prolongé entre les pays en faveur de cette décision et ceux plus susceptibles de conserver le statut existant ont fait que ce vote vient seulement d’avoir lieu.

Cependant, le chanvre reste présent dans le tableau des substances interdites (tableau I) et illégal au niveau international, sauf pour certains pays avec leurs particularités.

Lisez aussi : Alcool vs Cannabis : Comment la marijuana peut aider à traiter la dépendance à l’alcool

Le résultat du vote des Nations Unies et ses conséquences

Au cours de cette réunion de la Commission des stupéfiants qui s’est tenue à Vienne, une décision primordiale pour l’avenir du cannabis est donc arrivée, la majorité des États membres (dont la France qui a voté en faveur de la résolution) ayant exprimé leur opinion positive sur la proposition de l’OMS.

Parmi les pays votants, il y avait une propension positive à la résolution de la part des Amériques et de l’Union européenne (le seul vote contre étant celui de la Hongrie), tandis que les pays asiatiques et africains se sont exprimés contre.

En plus de cette décision importante, une autre position de l’ONU est également attendue : celle qui pourrait défaire le cannabidiol (CBD) ou principe actif thérapeutique du chanvre, de l’étiquette de substance narcotique et donc le libérer de contraintes et limites.

Mais la suppression du chanvre du tableau IV sera déjà, selon toute vraisemblance, une force motrice pour plusieurs changements au sein de divers États, chaque gouvernement pouvant classer la plante indépendamment. Ce changement donnera vraisemblablement lieu à de nouveaux débats sur le sujet de la légalisation.

L'ONU reconnaît les propriétés thérapeutiques du cannabis.

Ce qui est certain, et c’est un point positif, c’est que cette résolution va permettre de rationaliser et d’encourager la recherche visant l’usage du cannabis médical dans le traitement de diverses situations telles que :

  • les tumeurs ;
  • l’épilepsie ;
  • la maladie de Parkinson ;
  • la douleur chronique ;
  • la sclérose en plaques.

À lire aussi : Le rôle des terpènes dans la plante de cannabis.

Ce type d’utilisation du chanvre en France est autorisé depuis une dizaine d’années maintenant, naturellement réglementé par une prescription médicale. Cependant, la production sur place n’est toujours en mesure de répondre qu’à une fraction de la demande de canabis légal à des fins médicales. La majeure partie du produit doit donc être importée.

À en juger par une étude de l’Organe international de contrôle des stupéfiants, qui estime un besoin annuel en marijuana à des fins médicales en France de près de deux tonnes, et d’après cette décision récente, il est probable qu’un débat sur une plus grande ouverture culturelle et juridique du cannabis (peut-être non seulement à usage médical mais aussi pour un usage récréatif) reprenne vigoureusement pied dans toute l’Europe.

C’est un scénario qui, pour les lecteurs du blog de Just Bob, prétendument partisans de l’herbe légale, serait une réalisation majeure. En attendant plus de nouvelles, nous vous invitons à visiter notre magasin CBD pour parcourir et acheter nos produits de collection en toute sécurité et confidentialité.